03 mai 2019 |  Catégories : Non classé

Texte paru dans le Huffington Post Québec le 26 avril 2019
(Seul l’ordre des mots dans le titre a été modifié par le journal)

Pour une éducation obligatoire humanisante

Lundi le 15 avril, des centaines de parents ont manifesté devant le bureau du ministre de l’Éducation à Chambly. Ces parents protestaient contre le resserrement prévu des règles encadrant l’école à la maison. Mon premier réflexe fut de dire que ce ne sont pas les parents qui ont le droit d’éduquer leurs enfants comme ils l’entendent mais bien les enfants qui ont droit à la meilleure éducation qui soit. Comme président du Mouvement Humanisation qui défend le droit des enfants et des adolescents à une éducation humanisante, cela a suscité plusieurs autres questions toutes aussi fondamentales :
Comment expliquer que de plus en plus de parents choisissent de faire l’école à la maison? Combien de parents québécois sont insatisfaits de l’éducation obligatoire mais manquent de moyens ou de compétences pour offrir l’école à la maison? Combien constatent impuissants le nombre de jeunes qui ne terminent pas le secondaire? Pourquoi un nombre grandissant de parents choisissent l’école privée espérant trouver en « dehors » du système public ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants?
Ces questionnements s’ajoutent à ceux que j’ai amorcés il y a plus de trente ans au sujet du développement intégral de l’élève. Pourquoi les humains avec toutes leurs connaissances et leurs technologies ne sont pas plus intelligents et moraux? Pourquoi ils ne réussissent pas à vivre ensemble sans se mépriser, s’exploiter et s’entretuer? Pourquoi tant d’entre eux, fuient la réalité dans l’alcool, la drogue, le jeu, etc.? Comment expliquer l’augmentation des maladies mentales dans les sociétés les plus instruites et les coûts faramineux de notre système de santé? Pourquoi trouve-t-on parmi nos élites autant de mensonges, de corruption, de copinage, de mauvaise foi ou d’irresponsabilité?
En reliant les résultats de mes recherches, je suis arrivé à une explication qui répond à mes questions :
Le nouveau-né hérite d’un potentiel d’humanité et d’apprentissage. Il a donc un droit inaliénable basé sur sa nature (biologie) à une éducation humanisante. Pas seulement une éducation en fonction des différents pouvoirs (économiques, religieux, idéologiques, politiques, etc.) mais une éducation qui tienne compte de toutes les dimensions de l’humain et du fait qu’il est à la fois égoïste et grégaire.
Cela sera possible avec l’élaboration d’une science et d’un art transdisciplinaires du développement humain fondée sur une conception naturelle, rationnelle et scientifique, donc universelle de la commune nature des êtres humains. De tels programmes d’humanisation devraient être la raison d’être de l’école obligatoire et avoir pour objectif l’épanouissement de l’élève. Ces programmes leur offriraient les explications indispensables sur leur nature et ses exigences de bon développement et de bon fonctionnement dans ses rapports avec le réel, lui-même, autrui, l’environnement, la société et l’humanité.
La CAQ a fait de l’éducation sa priorité, et avec raison. Mais acceptera-t-elle de faire respecter le droit des enfants et les adolescents à une éducation humanisante, qui n’existe pas présentement? Pourtant, cela est la solution préventive par excellence puisqu’elle s’attaque directement à la source principale des nombreux problèmes humains plutôt qu’à leurs effets récurrents qui se multiplient, s’intensifient et se mondialisent et dont les coûts augmentent sans cesse.
Je suis convaincu qu’un projet éducatif aussi stimulant réussira à unir les Québécoises et les Québécois au-delà de leurs différences sexuelles, religieuses, ethniques, linguistiques, politiques, etc. J’en appelle au gouvernement et aux député(e)s de l’Assemblée nationale pour donner leur aval à ce projet rassembleur qui ferait de la société québécoise la première au monde à respecter le droit primordial de ses enfants et adolescents à une éducation humanisante.

Gaston Marcotte
Professeur associé à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval Président-fondateur du Mouvement Humanisation